La loi du 1er Juillet 1901 et la liberté d’association

Sommaire Vie associative GIVORS Info

Les pages jaunes

voir le plan de Givors

Les téléphones et adresses utiles de Givors

Actualités, mises à jour et mode d'emploi

Les démarches, obligations et réglementations

Formalités et documentations

.

Type d'association

 

Mode d'emploi

En cliquant sur les vignettes, vous ouvrez la page correspondant au thème choisi. Vous trouverez des exemplaires de statut, réglement intérieur, etc. Mais aussi les réponses aux questions que vous vous posez...

 

Formulaires

Ces formulaires sont à retourner à la préfecture ou sous-préfecture selon l’adresse du siège social de l’association. Les services préfectoraux transmettront à la Direction de l'information légale et administrative pour publication au JOAFE journal officiel des associations et fondations d’entreprise.

Tarifs JO

 

 

Autorisation

Avec l'aimable autorisation de http://www.net1901.org, toutes les 313 associations Loi 1901 répertoriées à Givors - Clubs sportifs, associations d'entraide, associations syndicales, associations paramunicipales, etc. Certaines associations ne sont peut-être pas dans le répertoire. Nous nous en excusons en demandant aux responsables de nous signaler cet oubli afin de le réparer..

La loi du 1er Juillet 1901 et la liberté d’association

 

Le 1er juillet 1901, Pierre WALDECK-ROUSSEAU fait adopter, au terme d’une longue bataille parlementaire, la loi "relative au contrat d’association", d’une portée considérable et qui garantit une des grandes libertés républicaines. Ainsi, tout citoyen dispose du droit de s’associer, sans autorisation préalable.

La loi "1901" fonde le droit d’association sur des bases entièrement nouvelles. Elle préserve la liberté et les droits des individus tout en permettant leur action collective. Elle met fin au régime restrictif et d’interdiction préventive de la loi "Le chapelier", de l’article du code pénal, de la loi de 1854. Elle ne restaure rien du droit corporatif d’antan et fonde le droit d’association sur les principes issus de la révolution de 1789 : primauté de l’individu, de ses droits et de sa liberté, liberté d’adhérer ou de sortir d’une association, limitation de l’objet de l’association à un objet défini, égalité des membres d’une association, administration de l’association par libre délibération de ses membres.

La loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août de la même année constituent les deux textes fondamentaux sur lesquels repose le fonctionnement des associations.

L’article 1er de la loi du 1er juillet 1901, définit ce qu’est l’association :

" l’association est la convention par laquelle deux ou plusieurs personnes mettent en commun, d’une façon permanente, leurs connaissances ou leur activité dans un but autre que de partager des bénéfices…".

Dès le premier article de cette loi, le législateur fait connaître sa volonté d’inscrire le régime juridique des associations dans l’esprit et les principes de droit commun des contrats régis par le code civil. Ce cadre de droit commun réglera au-delà des seuls articles que comprend la loi du 1er Juillet 1901, la constitution, le fonctionnement et la dissolution de l’association.

L’association est " … une convention… " Le législateur définit un cadre d’application de ce contrat tout à fait singulier et particulier, qui est le fondement même de cette spécificité associative et à laquelle sont attachés ses défenseurs. 
La mise en œuvre de ce contrat à l’initiative de "… deux ou plusieurs personnes…" devra respecter trois caractéristiques.

L’apport de connaissances ou l’apport d’activités. 
La volonté de " … mettre en commun des connaissances ou une activité…", constitue l’un des éléments principaux du contrat d’association. 
L’absence d’un tel engagement serait de nature à remettre en cause la qualification d’un tel regroupement d’individus.

Une mise en commun "permanente" 
Cette précision met l’accent sur le caractère permanent qui lie les parties du contrat.

Les membres de l’association en échange de leur cotisation annuelle se réunissent pour une certaine durée… "dans un but autre que de partager des bénéfices…" 
A travers cette définition, le législateur a laissé une grande liberté dans l’objet et le but que peuvent poursuivre les individus qui s’associent à ce contrat. 
On déduit donc de ce texte, qu’il est possible qu’une association puisse réaliser des bénéfices et exercer une activité économique, mais elle ne peut distribuer ses bénéfices de quelque manière que ce soit.

L’association est l’expression d’une liberté publique 
En France, une liberté à valeur constitutionnelle L. 1er juill.1901, art. 2 : "…les associations de personnes pourront se former librement sans autorisation, ni déclaration préalable…" 
Ce caractère de liberté publique a été affirmé et reconnu par le Conseil constitutionnel dans une décision du 16 juillet 1971, laquelle stipule " … Considérant qu’au nombre des principes fondamentaux reconnus par les lois de la République et solennellement réaffirmés par le préambule de la Constitution il y a lieu de ranger le principe de la liberté d’association ; que ce principe est à la base des dispositions générales de la loi du 1er juillet 1901 relative au contrat d’association… ". Pour mémoire, par cette décision, le Conseil constitutionnel a annulé une disposition législative qui prévoyait de soumettre à autorisation préalable de l’autorité administrative la création de certaines associations.

Le texte intégral de la loi du 1er juillet 1901 peut être consulté sur le site Legifrance 
Le texte intégral du décret du 16 août 1901 peut être consulté sur le site Legifrance

Publié le : 24 juillet 2008
Dernière modification : 13 novembre 2011

LégislationL'esprit et les textes de la Loi.
Toutes les formalités pour créer une associationRédaction des statutsDéclaration initialeImmatriculation d'une association.
Les différentes ressources d'une associationLes cotisationsLes dons, donations et legsLes subventionsLa taxe d'habitation.
Gérer les collaborateurs d'une associationLa formation des bénévolesLe chèque repas des bénévolesLes frais non remboursésLes agréments de service civiqueLe chèque emploi associatifLa participation à un groupement d'employeursLe Guichet Unique du Spectacle Occasionnel.

Faire reconnaître une associationL'agrément ministérielLa reconnaissance d'utilité publique.
Faire évoluer une associationLa déclaration des changementsLes modifications des statuts.Dissoudre une associationDissolution d'une association.
Les outils et documents utilesLe kit gratuit des associationsLe guide pratique des associations.
Les sites officielsLe site des services publiquesLe site du ministèreLe site d'association.gouv.frLe site de la jeunesse, des sports et de la cohésion socialeLe site de la préfecture du RhôneJournal Officiel.

Date de dernière mise à jour : 06/04/2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site