Politique

Dominique de Villepin dans le sillage du Général De Gaulle

.

Villepin, "effrayé" par les "gages à l'extrémisme", se prononce contre Sarkozy

villepin3.jpgPARIS — "Effrayé" par la campagne du président-candidat de l'UMP et ses "gages à l'extrémisme", l'ancien Premier ministre Dominique de Villepin, sans aller jusqu'à donner de consigne de vote, s'est prononcé clairement vendredi contre Nicolas Sarkozy.

"Halte au feu ! (...) Mon rôle n'est pas de dire pour qui voter, car chacun doit prendre ses responsabilités" mais "le 6 mai, que chacun vote en pensant à la France et à ce qu'elle a toujours porté de meilleur, à ses valeurs de respect, de dignité et d'humanisme, parce que, en conscience, il faut bien choisir", déclare-t-il dans une tribune au vitriol contre M. Sarkozy, intitulée "La droite m'effraie, la gauche m'inquiète", publiée vendredi sur LeMonde.fr.

Après une campagne de premier tour "indigente", celle du second "devient indigne", aux yeux de celui qui n'a pu concourir à la présidentielle faute d'avoir recueilli les 500 parrainages d'élus requis.

Et de dénoncer, sans jamais citer son nom, la stratégie à droite toute assumée par le chef de l'Etat: "instrumentalisation de faits divers", "improvisation de bien des propositions" du Front national, "débauchage sans vergogne de voix extrémistes". "Les lignes rouges républicaines sont franchies une à une", affirme l'ex-président de République solidaire.



Lire la suite

11e circonscription Rhône GIVORS : Le Front de Gauche prend des usagers SNCF en otage

.

Comment des usagers sont pris en otages pour servir de "com" dans une élection

Otage jusqu'au bout !20 000 personnes empruntent chaque jour - et dans les deux sens - la ligne Saint-Etienne Lyon. Cette ligne est au centre d'un conflit interne entre la direction de la SNCF et des syndicats cheminots, ceux-ci refusant la réorganisation du site de la SNCF de Saint-Etienne. Pendant près de trois mois, les usagers ont été pris en otage. Retards réguliers, suppression de trains... Pour faire bref, l'enfer quotidien pour ceux se rendant sur le lieu de travail.

Les syndicats de cheminots ont exploité une faille de la loi sur le service minimum. En effet, un préavis de grève doit être déposé plusieurs jours à l'avance afin que le service minimum puisse être organisé en toute sécurité. Qui dit service minimum dit minimum de train en fonction des disponibilités des matériels roulants et des personnels non grévistes. Mais, le personnel gréviste n'était plus gréviste le jour de la grève, cela lui permettant de perturber les liaisons Saint-Etienne Lyon tout en continuant de percevoir leur salaire.

Les usagers excédés décident de se rebeller lorsque pour la énième fois, ils sont refoulés du train en gare de Givors, les rames étant déjà bondées de voyageurs à son arrivée en gare. Aujourd'hui, cette curieuse grève imposant des sacrifices aux seuls usagers est terminée. Une réunion a eu lieu à givors le 28 janvier 2012 à l'initiative du maire communiste de Givors.

Et c'est là que tout a été organisé pour récupérer la colère des usagers au bénéfice du candidat local d'un parti politique... ou quand les pyromanes se font pompiers !

Lire la suite

A45 Georges Fenech 11e circonscription du Rhône GIVORS Info : le coup de l'A45

.

 Le Premier Ministre François Fillon a signé la déclaration d'utilité publique de l'A45 destinée à soulager - entre autres - la souffrance des Givordins matin et soir. Aujourd'hui, c'est 80 000 véhicules qui empruntent chaque jour l'A47. Le chiffre doit être porté à 100 000 véhicules/jour à l'horizon 2020.

Vivant à Paris, Monsieur Fenech n'habite pas Givors. Peut lui importe les heures perdues chaque jour dans les embouteillages au niveau du Pont de Givors et dans les axes de dégagements empruntant les rues de Givors.

Combien de pollutions inhalées par les riverains de l'A47 lors des embouteillages ?

Georges Fenech prétend écrire au Premier Ministre ? Nul n'est dupe du caractère électoraliste de la missive.

Les absences répétées du prétendu chef de file de l'opposition givordine lors des conseils municipaux de Givors se suffisent à elles-mêmes même si sa présence (muette) est observée ces dernières semaines précédant les élections législatives.

Signature et engagement de Nicolas Sarkozy

Fenech joue-t-il Fillon contre Sarkozy  ? 

Retour sur une question posée par ledit Fenech

Question publiée au JO le : 22/01/2008 page : 408
Réponse publiée au JO le : 23/01/2008 page : 365

CONSÉQUENCES DU PROJET D'AUTOROUTE ENTRE LYON ET SAINT-ÉTIENNE


M. le président. La parole est à M. le secrétaire d'État chargé des transports.
M. Dominique Bussereau, secrétaire d'État chargé des transports. C'est un moment rare : c'est la première fois que l'on me demande de renoncer à un projet qui a déjà été annoncé. D'habitude, on m'interroge plutôt sur les projets qui ne se réalisent pas !

Voir le dossier

11e circonscription Rhône GIVORS Val d'Ozon CFAL : Le coup de Fenech

 

Fenech : L'art d'enfumer les électeurs

 

Le Progrès du 25 novembre 2007Rappel des faits : Le 2 avril 2007, le ministre des transports de l'époque, Dominique Perben, annonce l'annulation du tracé du contournement ferroviaire de l'agglomération lyonnaise (CFAL) passant par le Val d'Ozon à quelques semaines des élections législatives de juin 2007. Son successeur, issu de la nouvelle majorité qui s'est dégagée lors desdites élections de juin 2007, annulera le 25 novembre 2007 ladite décision de Dominique Perben.

Un coup politique...cousu de fil blanc !

A l'évidence, la décision de Perben était un coup politique cousu de fil blanc et destiné à donner un coup de pouce pour le réélection de Fenech. En effet, Perben savait qu'il ne serait plus en poste au ministère des Transports après juin 2007.

Annulation du 2 avril 2007
"Le futur contournement ferroviaire de l'agglomération lyonnaise (CFAL) ne passera pas par la vallée de l'Ozon, au sud de Lyon. C'est ce que devait annoncer hier soir Georges Fenech, député de la onzième circonscription du Rhône lors d'une réunion publique à Chaponnay en présence des collectifs PARFER et FRACTURE, hostiles à ce tracé." 20 Minutes

Et Fenech d'accuser Durand

Contrairement à ce qu'affirme Georges Fenech dans la vidéo, c'était bien Fenech - et non pas Raymond Durand - qui était (encore) député en septembre 2007 lorsque lorsque le nouveau secrétaire d'Etat aux Transports Dominique Bussereau décida de reprendre le tracé du CFAL par la Vallée d'Ozon. Ne déclare-t-il pas dans l'interview ci-dessus de Lyon Capital, avec son aplomb coutumier : "j'avais obtenu une décision ministérielle (...)qui excluait de la 11ème circonscription - lapsus révélateur du coup politique - le contournement ferroviaire. Une fois que j'ai été invalidé (note de GIVORS Info : le 27 mars 2008) et que Raymond Durand est devenu député (note de GIVORS Info : le 1er juin 2008), malheureusement cette décision a été revue et aujourd'hui, il y a des populations de tout l'Est Lyonnais qui sont très très inquiètes et qui sont toujours en contact avec moi et me demandent d'agir (...)"

Les faits contredisent Monsieur Fenech. Il était toujours député le 25 novembre 2007 quand "cette décision a été revue"

La reprise du tracé avait porté un coup très rude à la crédibilité des collectifs PARFER et FRACTURE, composés de maires et d'élus responsables de leurs engagements et de leur parole devant leurs populations respectives. Mais quelle importance la parole donnée par les élus pour Monsieur Fenech, il s'est fait réélir...!

Fenech revient sur ses terres (??)

georges-fenech-de-retour-sur-ses-terres.jpgPhoto Le Progrès

Aujourd'hui, Fenech se gargarise d'avoir été réélu en 2007 avec - dit-il - un score remarqué de 57% (grâce à la "trahison" du communiste Passi et la vraie-fausse annonce de l'annulation du CFAL dans la vallée de l'Ozon). N'hésite-t-il pas aussi à déclarer qu'il revient sur ses "terres" lors de ses voeux présentés à Loire sur Rhône devant 600 personnes (toutes acquises à sa cause ?) surchauffées le lundi 23 janvier 2012 ? En réalité l'arrière ban UMP des agglomérations lyonnaise et viennoise s'est déplacé en masse pour afficher son soutien au forcing de Fenech. Sur l'estrade, peu de maire de la 11ème circonscription (8 sur 42). Il s'agit des maires de Mornant, Echalas, Loire sur Rhône, Marennes, Tupin et Semons, Ternay, Montagny et Saint André la Côte.

Quelles terres ?

Georges Fenech est venu se mettre "au vert" - et dans l'urgence - dans la 11ème circonscription du Rhône en 2001 à peine deux mois après avoir été mis en examen dans l'affaire dite de l'angolagate. Arrivé à Givors en 1963 à l'âge de 9 ans, reparti l'année suivante en 1964, il réapparaît dans la ville 37 années plus tard, sa présence n'étant plus désirée dans la magistrature après sa mise en examen, sa condamnation pour complicité d'injure publique raciale envers un autre magistrat et son escapade au Gabon avec le porteur de valises autoproclamé Robert Bourgi.

Dernières nouvelles Mercredi 25/01/2012 Le Parisien

Raymond Durand en passe d'obtenir l'investiture de l'UMP ?

"Dans "la majorité" des cas, la décision de la Commission nationale d'investiture de l'UMP a été "plutôt de réserver" les circonscriptions détenues par des députés NC, sans investir de candidat UMP, a précisé le secrétaire général adjoint de l'UMP, Hervé Novelli. "On ne peut pas à la fois être élégant pour l'un et pas pour l'autre", a-t-il ajouté en indiquant que cela concernait notamment le bras droit de M. Morin, Philippe Vigier."

"Les circonscriptions "réservées" correspondent aux "négociations" avec les formations alliées à l'UMP comme le Nouveau Centre et, probablement, le Parti radical de Jean-Louis Borloo. Il y a aussi les "cas qui restent en suspens", a ajouté M. Copé sans plus de précisions."

11e circonscription Rhône GIVORS : Raymond Durand en route vers l'investiture UMP

 

Raymond Durand (NC) soutient Nicolas Sarkozy

 

durand-sarkozy.jpgNicolas Sarkozy et Raymond Durand se serrant la main

 

Le député Nouveau Centre de la 11ème circonscription du Rhône Raymond Durand ne soutient plus Hervé Morin mais Nicolas Sarkozy pour l'élection présidentielle de 2012 révèle Le Progrès"Je rejoins le président" a-t-il déclaré au journal.


Selon le parlementaire, Hervé Morin devrait rejoindre le président de la République à l'issue du congrès du Nouveau Centre le 25 février. Raymond Durand espèrerait donc se présenter sous le label UMP et ainsi écarter l'ancien député de la circonscription Georges Fenech, pourtant déjà investi par la majorité. Il continue cependant de clamer qu'il reste "centriste et président du Nouveau Centre du Rhône".

Michel Mercier met tout son poids politique dans la balance.

L'actuel Garde des Sceaux et Ministre de la Justice obtiendra-t'il l'investiture UMP pour le député sortant Raymond Durand ? Cette possibilité est d'une actualité d'autant crédible que l'UMP s'est engagée à investir tous les députés Nouveau Centre qui s'engageraient à soutenir Nicolas Sarkozy dès le premier tour. Le retrait prévisible de la candidature d'Hervé Morin qui devrait être annoncé lors du Congrès du Nouveau Centre du 25 février et son ralliement dès le premier tour seront décisifs. En échange, les six autres candidats NC se retireront pour soutenir les députés du Rhône UMP sortants. 

D'autant plus que la montée de François Bayrou dans les sondages provoque une véritable inquiétude dans le camp présidentiel.

La 11ème circonscription et l'UMP ont tout intérêt à investir un honnête homme, peu médiatique mais efficace par sa pratique et sa connaissances des collectivités locales. Ce n'est certainement pas Raymond Durand qui profiterait de son mandat de député pour enrichir son patrimoine avec l'argent de la République.

Et Fenech ?

Invalidé et inéligible, Georges Fenech s'est totalement déconsidéré aux yeux de nombre d'électeurs de la majorité présidentielle. Les manipulations sous forme de retraits d'espèces de manière importante et opérées sur le compte de campagne sont devenues un véritable handicap pour son investiture définitive. Le silence observé par Fenech est déjà l'aveu de l'affaiblissement de son investiture provisoire. Cela ne l'empêchera pas de continuer à collecter des dons pour financer sa future dissidence.

Mais, ce qui serait d'une extrême gravité si cela était vérifié, sont les négociations menées par Fenech pour obtenir de son ami Gilbert Collard, président du comité de soutien à Marine Le Pen, qu'il intervienne auprès du Front National afin d'en obtenir le soutien ou mieux qu'il présente un candidat fantôme ou encore pas de candidat du tout. 

L'après présidentielle en ligne de mire

L'hypothèse la plus probable est que le vainqueur de l'élection présidentielle, quel qu'il soit, surtout s'il ne l'emporte qu'avec une faible marge, devra compter avec une majorité composite. Ce scénario, pour être invalidé, suppose à la fois que le candidat de la gauche remporte une large victoire qui accélérerait le processus d'implosion de l'UMP et que la droite gouvernementale soit, en outre, fortement concurrencée par une extrême droite en mesure de provoquer de nombreuses triangulaires. Dans tous les cas, les députés de la majorité sortante ont du souci à se faire.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×