Municipales 2008

Quand Mr Veyrand "bidonne" un article en faveur ou contre un candidat

 

Lire l'article Veyrand Article du 21 février 2008.pdf

 

 

 

Permanence électorale 

 Cet article publié le 21 février 2008 soit deux semaines avant le 1er tour des élections municipales, a été affiché sur la vitrine de la permanence électorale de la liste conduite par Mr Passi. Sous le titre « Une nouvelle fois condamné pour diffamation, Ribeyre s’isole » un sous titre : « Denis Ribeyre a une nouvelle fois été condamné, hier, pour diffamation. Cette fois au profit de Martial Passi, le Maire qui enregistre d’autre part le classement sans suite de l’« affaire » de la Codégi. »

 

 

Cet article se divise en deux parties : la première traitant du jugement rendu suite aux propos tenus le 06 novembre 2006 en séance du conseil municipal. Lire la citation à comparaîtreCitation 060207.pdf. L’audience, plusieurs fois reportées du fait de la prescription de trois mois en matière de Presse, se tiendra le 29 janvier 2008, en l’absence de Denis Ribeyre, de son avocat retenu en Cour d’Assise et de mandat de représentation donné à Maître Sanossian substituant Maître Doyez (avocat de Mr Ribeyre).

 

Selon le jugement page 2Jugement 200208 Diff 061106.pdf, « Maître Valéanu (Note de GIVORS Infos : avocat de Mr Passi) s’est « fortement opposé » au renvoi demandé, (…) d’autant que le souci de Monsieur Ribeyre est manifestement de dépasser l’échéance électorale alors qu’il est candidat au scrutin de Mars 2008 à Givors. ». Le représentant du Ministère Public, sur ce point, a demandé que cette affaire soit retenue à cette audience du 29/01/08.

 

Le jugement sera rendu le 20 février 2008.

 

Jugé en son absence et en l’absence de son avocat, Denis Ribeyre pourra également difficilement se plaindre des lenteurs de la Justice…

 

Entre l’audience et le prononcé du jugement, le 1er févier 2008, Martial Passi écrira au Procureur de la République de Lyon, lequel Xavier Richaud lui répondra « confidentiellement » le 6 février - lire Courrier Procureur 06 février 2008.pdf - dans une lettre adressée à Mr Passi « Cabinet (du Maire) » :

 

« OBJET : Enquête préliminaire concernant la SEM

V/ REF : Votre lettre MP/03/MG du 1er février 2008

 

Monsieur le Maire, j’ai l’honneur, comme suite à votre courrier visé en référence, de vous faire connaître qu’au terme de l’enquête à laquelle j’ai fait procéder qui n’a pas révélée d’infraction pénale, j’ai procédé le 18 décembre 2007 au classement de la procédure dont s’agit. Je vous prie de croire…etc. »

.

 

 

 Bizarrement, ce courrier sensé blanchir Mr Passi ne sera jamais affiché à sa permanence électorale mais seulement communiqué à Denis Ribeyre lors de son recours en annulation des élections. Passi reprendra les termes du procureur dans un courrier distribué aux élus Courrier du maire aux elus.pdf. Il sera également communiqué à Patrick Veyrand puisque celui-ci met des guillemets dans la deuxième partie de son article lorsqu'il précise : « l’enquête à laquelle j’ai fait procéder n’a pas révélée d’infraction pénale » Selon Monsieur Veyrand, il s'agit du classement sans suite d'une procédure déposée par l'Association des contribuables givordins (...) qui avait donné lieu à diverses vérifications et auditions de la brigade financières. Toujours selon Mr Veyrand, elle concernait la société d'économie mixte, aujourd'hui Givors Développement. Et Monsieur Veyrand de conclure en parlant de Denis Ribeyre : Un homme obnubilé par la chute du maire et qui vient sans doute lui apporter le meilleurs des soutiens. Fenech (UMP) ne s'en plaindra non plus.

.

Du grand, du très grand Veyrand dans l'art du bidonnage...

 

Lire la suite

Comment Mr Veyrand réhabilite Mr Fenech et le positionne, seul opposant, face à Passi

 Givors Infos : Le 11 janvier 2009, alors que Monsieur Fenech n'a fait que de très rares apparitions au conseil municipal de Givors, Monsieur Veyrand accorde une page entière sur six colonnes. Cet article reproduit les déclarations du député invalidé et encore inéligible.

Mr Veyrand a le droit d'écrire ce qu'il veut et Mr Fenech peut faire toutes les déclarations qu'il souhaite. Le quotidien «Le Progrès» est le seul journal quotidien traitant de la vie locale. Beaucoup de lecteurs se font une opinion de l'actualité givordine à travers lui. L'autre source d'information, beaucoup plus lue puisque distribuée «gratuitement» dans tous les foyers - le service communication coute plus d'un million d'euros chaque année, payé par le contribuable givordin - est le Vivre A Givors, magazine mensuel municipal tiré à environ 10 000 exemplaires.

En 2001, Madame Santa-Loïs était la responsable de l'agence locale du Progrès. Denis Ribeyre a annoncé à Madame Santa-Loïs la constitution d'une liste d'union des oppositions givordines en septembre 2000. L'information ne sera traitée qu'en décembre de la même année. Le Progrès ne consacrera au final que quelques lignes en énumérant les noms composant la liste constituée à l'époque.... Deux articles en tout, Madame Santa-Loïs se désintéressant de la campagne des municipales au grand soulagement de Mr Passi. Ce «désintéressement » a été fait au détriment de la nouvelle opposition qui se mettait en place.

A chaque élection municipale - du moins celles auxquelles Denis Ribeyre a participé comme tête de liste en 2001 et 2008 - le responsable local en fonction de l'agence du Progrès a pris fait et cause pour la municipalité sortante...au détriment d'un ou de plusieurs candidats. En 2008, Mr Veyrand comme cela sera finalement démontré et en 2001 Mme Santa-Loïs. Ce sont des faits qui démontrent l'absence de neutralité et d'éthique professionnelle de quelques chefs d'agence engagés hors des sentiers moraux alors qu'ils ont la responsabilité éditoriale des pages locales d'un grand journal d'information républicain respecté et respectable, jouissant d'une image acquise grâce à cent cinquante années d'existence.

 

Lire la suite

Quand Veyrand censure Denis Ribeyre

Retour à la page "Prochainement"

Cliquer sur l'image - Info Givors info

  Ceci est le communiqué donné par un candidat à la presse locale le lendemain d'une élection comme il est d'usage, afin de remercier ses électeurs. Dans ce communiqué, Denis Ribeyre précise : " Quand à moi, je continuerai mon combat de conviction pour la Ville de GIVORS en dehors du Conseil Municipal..." Monsieur Veyrand a bien reçu ce texte mais n'a publié aucun communiqué. Ni celui de Denis Ribeyre, ni celui de Passi, ni celui de Fenech ni celui d'un autre candidat.

 

 Aussi qu'elle ne fut pas ma surprise d'apprendre "mon retrait de la vie politique" une semaine après. Cette manière de traiter l'information est particulièrement curieuse. Comment arrive-t-on à se prétendre journaliste avec une telle mauvaise foi. L'article ci contre est naturellement signé Patrick Veyrand... en attendant le prochain qui traitera de.... Vous avez dit : harcèlement ??

Ce n'est pas exactement du harcèlement qui en général s'entend lorsqu'une personne profite d'une fonction hiérarchique pour abuser de sa fonction en vue d'exercer des pressions aux motifs difficilement avouables. Il s'agit plutôt d'utiliser une fonction de responsabilité, lors d'une élection en l'occurrence, pour la mettre au service d'un candidat au détriment de l'objectivité réclamée par les lecteurs d'un quotidien apprécié.

Je remarque, et c'est un fait, que tout les journalistes responsables de l'agence de Givors qui ont fait leur métiers dans le respect de l'éthique ont ou ont fini leur carrière comme des professionnels reconnus. Quand aux autres... 

Retour à la page "Prochainement"   

Lire la suite

Quand Veyrand sauve Fenech

 Ce billet s'inscrit dans la suite du précédent "Patrick Veyrand viré du Progrès ?" 

Cliquer sur l'image

Dans une rubrique "CONFIDENTIEL" Patrick Veyrand titre le 3 février 2008 : "Le Conseil constitutionnel rejette les comptes de campagne de Fenech"

Voila donc une information capitale traitée confidentiellement !

Six jours plus tard, Monsieur Veyrand titre : Georges Fenech : "Le 17 mars, Givors sera libéré(e)"

 

Cliquer sur l'image 080309 Campagne Fenech.pdf

Nous sommes à moins d'un mois des élections municipales pour lesquelles vont concourir cinq listes. L'intérêt de ces deux articles se trouve dans la manière avec laquelle Monsieur Verand a relativisé une information dont aujourd'hui les Givordins mesurent l'importance. C'est pourquoi il est nécessaire d'analyser ces deux écrits pour comprendre ce que Monsieur Veyrand savait exactement au moment où ces deux articles étaient publiés sous sa signature.

Voila donc un journaliste et un député mentant "confidentiellement" à leurs lecteurs et électeurs !

Lire la suite

Patrick Veyrand viré du Progrès ?

Retour à la page "Prochainement"

Retour à la page d'accueil

En réalité, Monsieur Veyrand aurait fait jouer - dit-on - sa clause de conscience.

Je suis fort aise d'apprendre que Monsieur Veyrand possède une conscience. Je trouve seulement dommage qu'elle n'est pas été également utilisée la veille de l'élection municipale alors qu'il diffusait par le Progrès des informations erronées voire mensongères en faveur ou contre un candidat.

Vous pourrez lire les détails avec les preuves dans quelques jours...

Mais avant tout...

Est-il nécessaire de rappeler que chaque jour à travers le monde des journalistes mettent en danger leur vie pour aller vérifier les informations "officielles". Est-il nécessaire de rappeler que dans nombre de pays, des femmes et des hommes mettent en danger leur liberté en bravant la censure officielle. Est-il nécessaire de rappeler que la plus belle des libertés est la liberté de la presse symbole de démocratie.

voir le site de Reporters Sans Frontières

Pourtant en France...et à Givors !

Lire la suite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site