GIVORS Info : un an déjà !

 "Le 18/12/2009 à 17:14

Je remercie les visiteurs qui commencent à venir (123 à ce jour certains comptabilisés plusieurs fois) Je prépare une surprise qui demande un peu de temps pour la mise en oeuvre. Je garantis que vous ne serez pas déçus. Cette surprise réclame encore plusieurs semaines de préparation. Par avance je vous remercie de votre patience. En attendant, je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d'année.

Amitiés à tous. Denis RIBEYRE

Voila ce qu'écrivait Denis Ribeyre sur le Blog de GIVORS Info le 18 décembre 2009 !  Et aujourd'hui ?

 En date du 18 décembre 2010, 3.749 visiteurs ont lu 11.473 pages...

Cette progression est allée en s'amplifiant progressivement pour atteindre les 400 visiteurs/mois lisant en moyenne 3 pages chacun pendant une durée moyenne de 3 minutes. Entre le 18/11/2010 et le 18/12/ 2010, la moitié des visiteurs de cette période sont de nouveaux visiteurs.

Aujourd'hui, comme cadeau d'anniversaire, Monsieur Passi assigne en diffamation Denis Ribeyre, reconnaissant ainsi l'impact de GIVORS Info. Le même Monsieur Passi considérant que le fait de révéler des mensonges - des mensonges prouvés - prononcés sous le régime de la garde à vue, devant les enquêteurs de la Brigade Financière, porte atteinte à son honneur et à sa considération de Maire. Dans ce cas là, pourquoi Monsieur Passi ne dit-il pas la vérité puisque le Maire de Givors affirme n'avoir prononcé aucun mensonge ? Curieux raisonnement provoqué probablement par un dédoublement de la personnalité.

L'autre fait marquant de ce premier anniversaire, provoqué par le succès avéré de GIVORS Info, est l'édition d'un petit fascicule par un ancien journaliste déconverti. Celui-ci semble reprocher des écrits largement documentés (Lire les écrits) de GIVORS Info le concernant. Ces écrits portant sur des faits très précis pendant l'année 2008, ont été publiés sur le blog du site internet de Denis Ribeyre, ancien conseiller municipal. En cas de désaccord ou d'inexactitude, l'intéressé pouvait exiger le droit de réponse prévu par la loi sur la presse. Cela aurait été avec plaisir que j'aurai acquiessé à sa demande. Malheureusement, notre futur Chevalier des Lettres a choisi le mode anonyme pour désigner la cible de toutes ses acrimonies dans des termes révélant la véritable nature de leur auteur. A moins qu'il ne se désignât lui-même dans une forme d'autocritique assez subtile des autorisations qu'il s'accordait pour encenser davantage l'un et mieux lapider l'autre. En attendant, "DE QUOI J'ME M@IL " (Patrick Veyrand, Sud69, 214 pages, 12 euros) ressemble plus à un plaidoyer pro domo destiné à valoriser l'auteur pour mieux faire oublier les raisons de sa déconversion.

 Cliquez sur l'image - Un changement de comportement semble avoir été provoqué par la réussite de l'implantation de GIVORS Info comme véritable site d'opposition au service de tous les Givordins. En effet, Alain Pélosato, le véritable patron de l'UMP locale, à la fois président de l'association de contibuables et directeur de publication du fascicule d'expression du groupe d'opposition UMP, a commencé à nettoyer son site de tous les noms commençant par Denis et finissant par Ribeyre cf Version 2-12-2009 page 4.pdf remplacée par la Version 24-11-2010 page 4.pdf. L'ancien adjoint de Passi et de Vallin retrouverait-il des vieux réflexes très utiles pour réécrire l'Histoire de l'opposition givordine ? La seule question digne d'être posée : Si Alain Pélosato avait été élu comme successeur de Camille Vallin, GIVORS serait-elle devenue UMP ou serait-elle restée communiste ? 

Après avoir lu les prédictions de Patrick Veyrand et constaté les changements intervenus chez Alain Pélosato, j'ai fait un drôle de rêve : nous sommes en 2016, deux années après des élections gagnées à la tête d'une liste d'union comme en 2001. Elu maire de Givors, je préside le conseil municipal. La liste de Monsieur Passi a quatre représentants siégeant dans l'opposition. Monsieur Passi, ayant quitté Givors et se désintéressant totalement de la commune, ne siège plus mais a gardé son mandat de conseiller municipal. Madame Charnay préside le groupe d'opposition communiste réduit à trois. Et dans la salle, assistant régulièrement  aux séances, l'ancien président du groupe d'opposition 1998-2001 élu sur la liste Bahu, devenu pro-communiste en 2008 en figurant sur la liste Passi. Aujourd'hui, Henri Bazin s'est imposé par un habile travail de noyautage, non seulement comme le patron de la section communiste givordine mais également en tant que directeur de publication du fascicule d'opposition "Vivre à Givors". Il préside aussi une association de défense des contribuables qui a perdu beaucoup d'efficacité Tout passe par lui y compris ce que doivent dire pendant le conseil les deux élues encore communistes. Quel bonheur pour un maire d'avoir une madame Charnay comme membre de l'opposition. Ne se plaint-elle pas régulièrement de ne pas avoir tous les documents nécessaires à la compréhension d'une délibération ? Ou bien encore que les délibérations sont mal rédigées pour être compréhensibles ! Mais le plaisir le plus exquis n'est-il pas de voir le Parti Communiste givordin dirigé par un ancien homme de droite. Révélant la disparition progressive dudit PC à GIVORS... Malheureusement, ce n'est qu'un rêve ! Heureusement, il n'est pas transposable - et ne le sera jamais ! - aujourd'hui à...l'opposition actuellement élue.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×