Sylvie Majou

FISCALITÉ/GIVORS/Martial Passi égal à lui-même

Vivre à Givors sans limite : désinformation sans limite...

Vivre à Givors sans limiteLa lecture du Vivre à Givors de décembre 2011 révèle une nouvelle fois l'art de la désinformation pratiquée à l'extrême. En effet, depuis que le journal municipal de la commune existe sous forme de magazine (1995), sont annoncées chaque année des baisses d'impôts.

Et personne ne s'étonnerait si, avec toutes les baisses annoncées et cumulées depuis que Martial Passi est devenu maire, un impôt négatif finissait par être remboursé par le fisc... Le cumul des baisses récurrentes étant supérieur aux montants payés par les contribuables ! 

Ainsi est affirmé que les taxes foncières ont baissé parce qu'elles ont moins augmenté (sic) que les autres ! Mais l'art du subtil ne s'arrête pas là.

En effet, le militant journaliste n'a pas l'ombre d'une hésitation pour se servir d'un article récent du Progrès et retourner l'information montrant que Givors a le taux de taxe sur le foncier bâti le plus élevé de toutes les communes (environ 500) du département du Rhône.

Et même de préciser au comble probable de l'excitation : «Dans le conteste actuel difficile marqué notamment par une baisse des dotations de l'Etat en direction des collectivités territoriales, le fait de baisser ses impôts locaux relève d'une politique audacieuse - vous avez bien lu !puisque cela revient à se passer en partie d'une rentrée d'argent»

Mais la provocation en direction du contribuable givordin ne s'arrête pas lorsque ce même militant journaliste continue d'écrire : «Par ailleurs, l'enquête publiée par le progrès vient confirmer une étude - quelle étude ?menée par la fédération des villes moyennes qui conclut que Givors est une des rares villes moyennes (5 au total) à avoir baisser ses taux de taxe d'habitation et de foncier bâti ces dernières années»

Encore une baisse en 2011Et chaque année, c'est le même type de subterfuge de désinformation qui est pratiqué que ce soit ou pour la taxe d'habitation ou pour celle du foncier bâti. Denis Ribeyre a été le premier à dénoncer en 2005 - preuve à l'appui - la supercherie des excédents et la réalité des hausses pratiquées.

Ainsi et de manière identique, est publié sur la page suivante du Vivre à Givors avec un titre raccoleur "Taux communaux : Givors maintient le cap à la baisse"

S'ensuit la reproduction d'une feuille d'imposition accompagnée des commentaires plein de louanges expliquant pourquoi les impôts ont encore baissé.

Mais, que dit exactement l'article du Progrès ? 

Lire la suite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site