GIVORS

11e circonscription Rhône GIVORS Val d'Ozon CFAL : Le coup de Fenech

 

Fenech : L'art d'enfumer les électeurs

 

Le Progrès du 25 novembre 2007Rappel des faits : Le 2 avril 2007, le ministre des transports de l'époque, Dominique Perben, annonce l'annulation du tracé du contournement ferroviaire de l'agglomération lyonnaise (CFAL) passant par le Val d'Ozon à quelques semaines des élections législatives de juin 2007. Son successeur, issu de la nouvelle majorité qui s'est dégagée lors desdites élections de juin 2007, annulera le 25 novembre 2007 ladite décision de Dominique Perben.

Un coup politique...cousu de fil blanc !

A l'évidence, la décision de Perben était un coup politique cousu de fil blanc et destiné à donner un coup de pouce pour le réélection de Fenech. En effet, Perben savait qu'il ne serait plus en poste au ministère des Transports après juin 2007.

Annulation du 2 avril 2007
"Le futur contournement ferroviaire de l'agglomération lyonnaise (CFAL) ne passera pas par la vallée de l'Ozon, au sud de Lyon. C'est ce que devait annoncer hier soir Georges Fenech, député de la onzième circonscription du Rhône lors d'une réunion publique à Chaponnay en présence des collectifs PARFER et FRACTURE, hostiles à ce tracé." 20 Minutes

Et Fenech d'accuser Durand

Contrairement à ce qu'affirme Georges Fenech dans la vidéo, c'était bien Fenech - et non pas Raymond Durand - qui était (encore) député en septembre 2007 lorsque lorsque le nouveau secrétaire d'Etat aux Transports Dominique Bussereau décida de reprendre le tracé du CFAL par la Vallée d'Ozon. Ne déclare-t-il pas dans l'interview ci-dessus de Lyon Capital, avec son aplomb coutumier : "j'avais obtenu une décision ministérielle (...)qui excluait de la 11ème circonscription - lapsus révélateur du coup politique - le contournement ferroviaire. Une fois que j'ai été invalidé (note de GIVORS Info : le 27 mars 2008) et que Raymond Durand est devenu député (note de GIVORS Info : le 1er juin 2008), malheureusement cette décision a été revue et aujourd'hui, il y a des populations de tout l'Est Lyonnais qui sont très très inquiètes et qui sont toujours en contact avec moi et me demandent d'agir (...)"

Les faits contredisent Monsieur Fenech. Il était toujours député le 25 novembre 2007 quand "cette décision a été revue"

La reprise du tracé avait porté un coup très rude à la crédibilité des collectifs PARFER et FRACTURE, composés de maires et d'élus responsables de leurs engagements et de leur parole devant leurs populations respectives. Mais quelle importance la parole donnée par les élus pour Monsieur Fenech, il s'est fait réélir...!

Fenech revient sur ses terres (??)

georges-fenech-de-retour-sur-ses-terres.jpgPhoto Le Progrès

Aujourd'hui, Fenech se gargarise d'avoir été réélu en 2007 avec - dit-il - un score remarqué de 57% (grâce à la "trahison" du communiste Passi et la vraie-fausse annonce de l'annulation du CFAL dans la vallée de l'Ozon). N'hésite-t-il pas aussi à déclarer qu'il revient sur ses "terres" lors de ses voeux présentés à Loire sur Rhône devant 600 personnes (toutes acquises à sa cause ?) surchauffées le lundi 23 janvier 2012 ? En réalité l'arrière ban UMP des agglomérations lyonnaise et viennoise s'est déplacé en masse pour afficher son soutien au forcing de Fenech. Sur l'estrade, peu de maire de la 11ème circonscription (8 sur 42). Il s'agit des maires de Mornant, Echalas, Loire sur Rhône, Marennes, Tupin et Semons, Ternay, Montagny et Saint André la Côte.

Quelles terres ?

Georges Fenech est venu se mettre "au vert" - et dans l'urgence - dans la 11ème circonscription du Rhône en 2001 à peine deux mois après avoir été mis en examen dans l'affaire dite de l'angolagate. Arrivé à Givors en 1963 à l'âge de 9 ans, reparti l'année suivante en 1964, il réapparaît dans la ville 37 années plus tard, sa présence n'étant plus désirée dans la magistrature après sa mise en examen, sa condamnation pour complicité d'injure publique raciale envers un autre magistrat et son escapade au Gabon avec le porteur de valises autoproclamé Robert Bourgi.

Dernières nouvelles Mercredi 25/01/2012 Le Parisien

Raymond Durand en passe d'obtenir l'investiture de l'UMP ?

"Dans "la majorité" des cas, la décision de la Commission nationale d'investiture de l'UMP a été "plutôt de réserver" les circonscriptions détenues par des députés NC, sans investir de candidat UMP, a précisé le secrétaire général adjoint de l'UMP, Hervé Novelli. "On ne peut pas à la fois être élégant pour l'un et pas pour l'autre", a-t-il ajouté en indiquant que cela concernait notamment le bras droit de M. Morin, Philippe Vigier."

"Les circonscriptions "réservées" correspondent aux "négociations" avec les formations alliées à l'UMP comme le Nouveau Centre et, probablement, le Parti radical de Jean-Louis Borloo. Il y a aussi les "cas qui restent en suspens", a ajouté M. Copé sans plus de précisions."

11e circonscription Rhône GIVORS : Raymond Durand en route vers l'investiture UMP

 

Raymond Durand (NC) soutient Nicolas Sarkozy

 

durand-sarkozy.jpgNicolas Sarkozy et Raymond Durand se serrant la main

 

Le député Nouveau Centre de la 11ème circonscription du Rhône Raymond Durand ne soutient plus Hervé Morin mais Nicolas Sarkozy pour l'élection présidentielle de 2012 révèle Le Progrès"Je rejoins le président" a-t-il déclaré au journal.


Selon le parlementaire, Hervé Morin devrait rejoindre le président de la République à l'issue du congrès du Nouveau Centre le 25 février. Raymond Durand espèrerait donc se présenter sous le label UMP et ainsi écarter l'ancien député de la circonscription Georges Fenech, pourtant déjà investi par la majorité. Il continue cependant de clamer qu'il reste "centriste et président du Nouveau Centre du Rhône".

Michel Mercier met tout son poids politique dans la balance.

L'actuel Garde des Sceaux et Ministre de la Justice obtiendra-t'il l'investiture UMP pour le député sortant Raymond Durand ? Cette possibilité est d'une actualité d'autant crédible que l'UMP s'est engagée à investir tous les députés Nouveau Centre qui s'engageraient à soutenir Nicolas Sarkozy dès le premier tour. Le retrait prévisible de la candidature d'Hervé Morin qui devrait être annoncé lors du Congrès du Nouveau Centre du 25 février et son ralliement dès le premier tour seront décisifs. En échange, les six autres candidats NC se retireront pour soutenir les députés du Rhône UMP sortants. 

D'autant plus que la montée de François Bayrou dans les sondages provoque une véritable inquiétude dans le camp présidentiel.

La 11ème circonscription et l'UMP ont tout intérêt à investir un honnête homme, peu médiatique mais efficace par sa pratique et sa connaissances des collectivités locales. Ce n'est certainement pas Raymond Durand qui profiterait de son mandat de député pour enrichir son patrimoine avec l'argent de la République.

Et Fenech ?

Invalidé et inéligible, Georges Fenech s'est totalement déconsidéré aux yeux de nombre d'électeurs de la majorité présidentielle. Les manipulations sous forme de retraits d'espèces de manière importante et opérées sur le compte de campagne sont devenues un véritable handicap pour son investiture définitive. Le silence observé par Fenech est déjà l'aveu de l'affaiblissement de son investiture provisoire. Cela ne l'empêchera pas de continuer à collecter des dons pour financer sa future dissidence.

Mais, ce qui serait d'une extrême gravité si cela était vérifié, sont les négociations menées par Fenech pour obtenir de son ami Gilbert Collard, président du comité de soutien à Marine Le Pen, qu'il intervienne auprès du Front National afin d'en obtenir le soutien ou mieux qu'il présente un candidat fantôme ou encore pas de candidat du tout. 

L'après présidentielle en ligne de mire

L'hypothèse la plus probable est que le vainqueur de l'élection présidentielle, quel qu'il soit, surtout s'il ne l'emporte qu'avec une faible marge, devra compter avec une majorité composite. Ce scénario, pour être invalidé, suppose à la fois que le candidat de la gauche remporte une large victoire qui accélérerait le processus d'implosion de l'UMP et que la droite gouvernementale soit, en outre, fortement concurrencée par une extrême droite en mesure de provoquer de nombreuses triangulaires. Dans tous les cas, les députés de la majorité sortante ont du souci à se faire.

Georges Fenech / Elections législatives 2012 / investiture UMP / 11ème circonscription du Rhône givors

 

Michel Mercier, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice de Sarkozy, est-il désavoué ?

Que pèse Michel Mercier dans le gouvernement ?

"Dans le sud  du département,  la  11e,  Georges Fenech,  élu  en 2007 mais par la suite  invalidé,  affrontera  son ancien suppléant, Raymond  Durand  (Nouveau  Centre)." (le Progrès du 12 janvier 2012)

ump-69.jpg

Michel Mercier (4ème en partant de la droite), l'actuel Garde des Sceaux et Ministre de la Justice de Nicolas Sarkozy a-t-il été désavoué par le Chef de l'Etat dès lors que l'UMP investit Georges Fenech dans la 11ème circonscription du Rhône (Givors). Dans le propre département de Mercier qui préside le conseil général !

Si tel était le cas, quelle claque pour celui qui pensait être le poids lourd centriste du gouvernement Fillon.

Georges Fenech a enfumé tout le monde avec les raisons avancées par lui du rejet de son compte de campagne 2007 ayant entraîné son invalidation. Aujourd'hui, il vient d'être investi provisoirement par la commission d'investiture de l'UMP en attendant le vote d'approbation du Conseil National, seule instance compétente pour accorder, en dernier ressort, les investitures.

Michel Mercier va-t-il réussir à inverser la décision en faveur de Raymond Durand d'ici le Conseil National de l'UMP devant se réunir le 25 janvier ?

En tout cas, Raymond Durand affirmait : "Michel Mercier me soutient" lors d'un interview donné à Lyon Capital.

 

Quelle va être la réaction de Michel Mercier ?

Le Garde des Sceaux reçoit un véritable camouflet de la part de Nicolas Sarkozy si l'investiture de Georges Fenech est maintenue. En effet, c'est l'autorité même du Président du Conseil Général du Rhône et son poids politique qui sont mises en cause. Va-t-on assister à un véritable accès de colère de Mercier. Mettra-t-il en balance sa démission du gouvernement ?

L'autre question importante est de connaître quels services a bien pu rendre Fenech ou quels sont le ou les moyens de pression dont dispose Fenech pour faire pression sur le parti gouvernemental. Georges Fenech - malgré les démentis de l'époque - et le porteur de valise auto-proclamé Robert Bourgi se connaissaient. Ils ont même fondé avec d'autres une association AID spécialement pour légitimer l'élection d'un généreux potentat africain. Le film 'Les Lyonnais" et des déclarations de protagonistes viennent de faire apparaître des liens existants entre le milieu lyonnais et une officine de parti politique à l'époque de l'assassinat du Juge Renaud. Assassinat que Fenech était chargé d'instruire et dont il prononcera un non lieu en 1992, à la même époque de sa promotion comme Procureur Adjoint à Bourg-en-Bresse.

Fenech Président de l'Observatoire d'OutreauL'ex-député a joué avec l'argent de son compte de campagne dans lequel figure celui des donateurs (dont l'UMP avec 8 000 €). Invalidé et rendu inéligible, Fenech est nommé à la tête d'un organisme doré dépendant du 1er ministre. Récemment, il vient de créer une nouvelle association domiciliée à Givors et appelée "Observatoire d'Outreau", ce qui lui permet en tant que président de cette association d'organiser des débats sur la circonscription avec l'avocat Gilbert Collard, l'actuel président du comité de soutien à...Marine Le Pen.

11e circonscription Rhône GIVORS Amendement Fenech : La bonne foi tu croiras !

 

La richissime militante bienfaitrice qui payait "les victuailles" avec sa carte bleue

a-t-elle été remboursée "au centime d'euro près" ?

Un amendement CNCCFP : décision du 07 janvier 2008

Comptes de campagne refusés du 10 août 2007

Comptes de campagne refusés du 29 octobre 2007

 

Conseil Constitutionnel : décision du 27 mars 2008

Rappel des faits :

Le 27 mars 2008, le Conseil Constitutionnel, juge de l'élection pour les députés et sénateurs, prononce l'inéligibilité de Georges Fenech et l'invalidation son élection de député UMP de la 11ème circonscription du Rhône, plus connue sous le nom de circonscription de Givors. Ces sanctions font suite au rejet, le 07 janvier 2008, du compte de campagne de G. Fenech déposé auprès de la Commission Nationale des Comptes de Campagne et des Financements Politiques (CNCCFP).

Georges Fenech, après avoir rendu une richissime militante responsable du rejet de ses comptes, a accusé des forces obscures de l'avoir éliminé aux motifs qu'il serait une gène ou pour les sectes, ou parce qu'il lutterait contre les injustices ou bien voudrait mettre en place des réformes nécessaires (sic).

Version FenechCette technique de la victimisation a été mise en place par la distribution massive d'un tract lors des élections partielles de 2008 destinées à remplacer ledit Fenech. Ainsi, selon G. Fenech, le Conseil Constitutionnel (dont neufs membres sont nommés par le Président de la République, par le Président du Sénat et par le Président de l'Assemblée Nationale) et la CNCCFP (chargé de vérifier le remboursement des frais de campagne électorale et dont les neufs membres sont issus du Conseil d'Etat, de la Cour de Cassation et de la Cour des Comptes) seraient infestés par des forces suffisamment obscures qui se seraient concertées pour éliminer son inestimable personne ! 

Ce tract se concluait : "Georges Fenech était-il génant ? Pour qui ? Pourquoi ? La Vérité éclatera un jour". Ce jour serait-il arrivé ?

Lire la suite

Plaine Robinson : NETTO, c'est fini

Nouvel échec de Givors Développement

NETTO a mis la clef sous la porteLa société d'économie mixte Givors Développement (ex-Codégi) présidée par Martial Passi, le maire de Givors, vient de connaître un nouvel échec dans sa stratégie d'équiper les quartiers de "hard discount". Après les problèmes de structures du Lidl de Bans, après l'absence de preneurs hard discounter du local de la rue Roger Salengro, le Netto de la Plaine Robinson rend les clefs à Givors développement.

La fermeture de cette petite surface de proximité n'est pas sans conséquence, non seulement pour les habitants du quartier mais aussi pour les deux autres occupants de cette implantation de près de 1700 m² pour un investissement de 1 244 000 € H.T.

En effet, ces deux implantations - Delisud et la pharmacie Aboud - sont directement impactées par la fermeture de Netto alors qu'elles ont beaucoup investi pour créer leur fond de commerce tout en restant locataires de Givors Développement. La fermeture de Netto est aussi la conséquence indirecte du transfert de Fiat dans des locaux du Pôle automobile de Givors, locaux construit également par... Givors Développement. En effet, un nouveau Lidl doit prendre la place de Fiat au lieu dit Le Boutras à Grigny.

Netto fermé, ce sont cinq emplois qui disparaissent...

Un nouveau local vide sur les bras de Passi ?

Mais, le plus grave reste à venir : Quel magasin de hard discount prendra le risque de remplacer Netto alors que celui-ci vient de démontrer qu'il a échoué ? C'est la question posée par GIVORS Info...

MGFIL-OREVAD : où sont les 100 emplois ?Après Mgfil-Orevad tant vantée qui a disparu de Givors en laissant sur les bras de la société d'économie mixte le local flambant neuf de la rue du Moulin, c'est la politique économique et industrielle voulue par Martial Passi qui est une nouvelle fois sanctionnée. Dénoncée par Denis Ribeyre, cette stratégie faite d'expérimentations hasardeuses liées à une incompétence remarquée a déjà eu pour conséquence la vente du patrimoine locatif social. Aujourd'hui, cette politique entraîne Givors - lentement mais sûrement - dans une position de désert économique. En moins de quinze années, Martial Passi aura réussi ce qu'aucun autre de ses prédécesseurs n'a osé faire en un peu plus de deux siècles : une cité-dortoir !

La pompe à fric des GivordinsAujourd'hui, il y a raison de s'interroger sur tous les investissements improductifs réalisés par cette société d'économie mixte. Investissements qui échappent à tout contrôle de l'actionnaire principal représenté par le conseil municipal. Il est en effet important de rappeller que la gestion des biens de la commune est une compétence exclusive du conseil municipal, et non pas, comme le fait croire le président du conseil d'administration de Givors Développement, une compétence déléguée au maire de la commune.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site