COL

GIVORS Info / A45, COL, pôle métropolitain

    

A45, COL, pôle métropolitain : la mise au point du préfet du Rhône

 

Jean-François Carenco - LyonMag

Jean-François Carenco - LyonMag

 

Lors d’un point-presse lundi, Jean-François Carenco s’est montré particulièrement intransigeant sur l’utilité de l’A45 et sur le "mythe" du contournement ouest de Lyon.

On savait le représentant de l’Etat très impliqué dans les dossiers routiers ou ferrés, mais peut-être pas à ce point-là. Lundi matin, devant une dizaine de journalistes de presse locale, Jean-François Carenco s’est fermement opposé à la réalisation d’un COL, un contournement ouest de Lyon. "J’y suis défavorable", commente le préfet du Rhône, "c’est un mythe, ça ne se fera jamais. Ce n'est ni faisable, ni réalisable, ni finançable." Le COL, qui est notamment demandé par Gérard Collomb et le Grand Lyon, permettrait selon ses défenseurs de délester l’A7 et de la requalifier en boulevard urbain. Pas pour le préfet Carenco, pour qui le projet"implique des études couteuses, le percement de tunnels notamment sous le mont Pilat et des milliards d’euros d’investissements que l’Etat n’a pas." Et Jean-François Carenco a réaffirmé sa volonté de réaliser un contournement mais à l’est de l’agglomération. L’A 432, qui relie déjà Les Echets à Saint-Laurent-de-Mure, serait alors une amorce à ce projet, qui passerait par le Nord Isère et qui pourrait déboucher autour de Vienne, là aussi pour délester l’A 7 et l’agglomération lyonnaise du trafic important de poids lourds.

Sur le bureau de Jean-François Carenco se trouvent aussi de nombreuses décisions de transports, qui doivent améliorer à plus ou moins long terme la circulation à Lyon. Concernant l’A 45, le préfet a confirmé que l’appel d’offres devrait être lancé par l’Etat avant la fin de l’année 2012. "Je fais ce qu’on me demande", affirme-t-il, et confirmant aussi "une actualisation du budget de 10%", soit une enveloppe nécessaire de 770 millions d’euros pour cette nouvelle autoroute reliant Lyon à Saint-Etienne, au lieu des 700 millions prévus au départ. Sur le plan de travail préfectoral se trouve également les autorisations pour la mise en service de l’A 89, entre La Tour de Salvagny et Balbigny, d’ici la fin de l’année, et la signature pour l’automne prochain de la déclaration d’utilité publique de la partie nord du Contournement ferroviaire de l’agglomération lyonnaise (le CFAL). Une signature qui interviendra en même temps que le choix définitif du tracé sud, qui doit déboucher au sud du Rhône.

Enfin le dernier dossier suspendu jusqu’à signature, c’est la création du Pôle métropolitain. Cette association de quatre communautés urbaines ou d’agglomération (Lyon, Saint-Etienne, Bourgoin-Jallieu et Vienne) doit à terme chapeauter sur certaines compétences des devoirs de ces agglos. "L’arrêté de création est sur mon bureau", concède encore une fois Jean-François Carenco, "et je le signerai au tout début avril." Cette approbation devrait ensuite permettre d’avancer sur la réflexion d’un grand syndicat de transport à échelle régionale et qui regrouperait les quatre agglomérations, mais aussi l’Ain, l’Isère, la Loire, le Rhône et la région Rhône-Alpes. "Un système de type SRU", explique le préfet, qui affirme que le Sytral, le syndicat des transports lyonnais, ne disparaîtra pas. "Il est normalement prévu que le périmètre du Sytral s’élargisse aux communes volontaires, dès que le département du Rhône en sera sorti", détaille ensuite le personnage d’Etat. Celui-ci donne d’ailleurs une dernière précision sur ce nouveau syndicat : sur les 64 membres qui le constitueront, 21 membres représenteront le Grand Lyon

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site