A45 à Givors, l'habileté de Mercier : Collomb courcircuité

Comment Michel Mercier courcircuite Collomb et renvoie très habilement la décision à l'Etat.

Le 10 septembre 2011, le Président du Conseil Général du Rhône Michel Mercier annonce : "Pas d'argent pour l'A45"

Les propos recueillis par François Guttin-Lombard et Michel Rivet Paturel, journalistes au Progrès, sont sans ambiguité. Le Ministre de la Justice s'oppose à Nicolas Sarkozy, qui venait d'annoncer quelques jours avant dans la Loire : "l'A45 Lyon-Saint-Etienne se fera" et selon le voeu présidentiel, les participants à la réunion fixant la participation financière des collectivités territoriales devront s'être mis d'accord dans un délai de trois mois. Si tel n'était pas le cas, "c'est l'Etat qui tranchera".

Le même jour de la parution de l'annonce présidentiele, le Président du Grand Lyon Gérard Collomb répond : "Oui à l'A45 si la route débouche au sud de Givors"

L'analyse de GIVORS Infos...

On ne peut que saluer l'habileté de Michel Mercier

En effet, la réponse négative de Michel Mercier met un terme - définitif ? - à la réunion des parties concernées envisagée par Nicola Sarkozy pour fixer la répartition financière. Le délais de trois mois n'est donc plus nécessaire puisque la concertaion est caduque de fait. C'est donc l'Etat qui fixera les règles de la répartition financière et donc in fine...le traçé déjà prévu.

En prenant cette décision de n'apporter aucun argent tant que le projet d'A45 arrivera dans l'agglo, Michel Mercier courcircuite la proposition favorable de Gérard Collomb de dire "OUI à l'A45 si la route débouche au sud de Givors". Mais Michel Mercier ne ferme pas tout à fait la porte puisqu'il précise : "Maintenant, si le préfet fait d'autres propositions, avec une arrivée au sud de Givors, par exemple, on les examinera. Cette solution pourrait permettre de relier l'A45 avec la rocade Est. Elle serait à jumeler avec le train".

Les présidents du conseil général du Rhône et du Grand Lyon sont d'accord sur l'objectif à atteindre : faire déboucher l'A45 au sud de Givors et disent tous les deux la même chose de manière différente : Michel Mercier dit non tout de suite (sauf si, peut être l'A45 au sud de Givors !!!) sans attendre les trois mois alors que Gérard Collomb dit non mais dans trois mois si la proposition sud de Givors n'est pas retenue.

Mais l'interview de Gérard Collomb est intéressant à plus d'un titre. Le journaliste François Samard ne précise-t-il pas que les documents élaborés par le Grand Lyon envisagent une mutualisation de certains tracés avec le contournement ferroviaire de Lyon ? Ne précise-t-il également "que le traçé imaginé par le Grand Lyon obliquerait (vers Givors) à hauteur de Mornant" ?

La position de Michel Mercier est très habile car elle permet de ratisser large : Dire non tout de suite le conforte dans sa position d'opposant à l'A45 en donnant l'impression de s'opposer à Nicolas Sarkozy et, rassure en même temps ceux qui sont favorables à l'A45 en étant prêt à examiner la solution "sud de Givors".

Mais ils sont tous d'accord pour réaliser l'A45 jusqu'à Mornant !

Et les Givordins, là dedans ?

Givors se dit opposée à A45 et au COL, Martial Passi a même fait mettre un panneau à l'entrée de la commune. Une délibération a aussi été votée à l'unanimité (y compris par Denis Ribeyre) le 18 décembre 2006 sous forme de motion.

Le maire de Givors a toujours laissé entendre que l'Etat avait promis une requalification de l'A47, le mot requalification laissant entendre une requalification de l'autoroute actuelle en deux fois trois voies, ce qui pouvait être une solution satisfaisante pour éliminer le bouchonnement régulier provoqué les jours ouvrables à hauteur de Givors. Hélas, une fois de plus, il est apparu très vite que la délibération votée employait le mot requalification pour désigner...les murs de protection phonique et non pas un passage à deux foix trois voies qui aurait permis d'élargir le pont autoroutier.

Denis Ribeyre s'est très vite aperçu que s'opposer au trajet prévu de l'A45 était une erreur stratégique pour Givors et ne servait que les intérêts électoralistes d'un conseiller général ou d'un député. De même, l'enfouissement de l'autoroute sous le Rhône pour la faire rejoindre l'A7 au sud de l'A47 était une solution impossible du fait des risques d'inondation dans la vallée du Gier (départ d'un tunnel souterrain) et de son débouché à travers la nappe phréatique dite de Ternay. Sans compter le risque de contamination possible de la même nappe de Ternay en cas de communication avec la nappe de Givors extrêmement polluée par les déchets accumulés de 250 années d'exploitation de fonderies. Déchets toujours présents sous les garages de VMC.

Déjà ardus, les problèmes de déplacement se sont amplifiés depuis que Givors est devenue en moins de vingt ans une ville dortoir, obligeant ses habitants à aller travailler - et souvent aménager - en dehors de la commune, la plupart d'entre eux dans l'agglomération lyonnaise. Deux heures minimum de trajet aux heures de pointe pour ceux qui ont l'obligation impérieuse d'utiliser un véhicule.

Reconnue exceptionnelle, la position géographique de Givors est devenu un vrai piège pour ses habitants depuis une quinzaine d'année. 

Conscient que l'absence d'A45 sur le tracé historique reliant Lyon et Saint-Etienne pénalisait les Givordins, Denis Ribeyre avait été le seul candidat des élections municipales à défendre l'A45.

Aujourd'hui, qui a demandé l'avis des Givordins pour faire passer l'A45 en viaduc au-dessus de Givors ?

 Cliquez sur l'image

Personne ! Et les givordins ne peuvent compter sur Passi qui leur a caché le projet "sud de Givors" préparé depuis de nombreux mois par le Grand Lyon dont Passi est Vice-Président, donc nécessairement doublement informé puisque cela concerne également la commune dont il est maire.

En cliquant sur l'image, on reconnait Monsieur Passi - un peu perdu - au milieu de maires défendant vraiment l'intérêt de leurs administrés. Cherchez l'erreur.

A-t-il sacrifié Givors à la demande de Collomb en échange d'une place éligible - cette fois-ci de sénateur - en 2014 ? 

Saura-t-il s'opposer à Mercier à qui il doit sa surprenante Légion d'Honneur ?


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×