Déplacements Transports

A45 GIVORS : le rapport de NKM dévoilé par GIVORS Info

.

infographie-le-progres.jpgInfographie Le Progrès

En janvier 2011,  Nathalie Kosciusko-Morizet commandait au Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable (CGEDD) un rapport sur l’arrivée à Lyon et le financement de l’A45. Cette initiative s’inscrivait dans le contexte d’une opposition très fortement exprimée par certains élus, au motif que l’A45 provoquerait une saturation du trafic à l’entrée de Lyon. Rendu en septembre 2011, le rapport a été rendu public en ce mois de mars 2012.

"Le rapport est extrêmement clair et éteint la polémique : avec seulement 2 500 véhicules/jour supplémentaires dans l’arrivée à Lyon, il n’y a pas d’augmentation du trafic liée à l’ouverture de l’A45", écrit André Mounier, le président de la CCIT de Saint-Etienne/Montbrison. "Plus loin, évoquant l’engorgement actuel, le rapport rappelle les travaux d’aménagement des échanges au niveau de Saint-Fons, Pierre Bénite et du pont de Pierre Bénite sur le Rhône qui vont être réalisés, permettant : d’améliorer la fluidité, d’augmenter la capacité globale aux heures de pointe", souligne André Mounier qui espère que "l’intérêt général et le respect des engagements vont l’emporter et que l’appel d’offres va être effectivement lancé sans délai, conformément à la décision du Président de la République du 17 janvier 2012. Tout retard dans ce dossier pénalise les entreprises et l’économie locale, privée des retombées d’un chantier d’1 milliard d’€."

Liste des recommandations 

1.La mission recommande au service gestionnaire de l'A47 de bien veiller à la compatibilité des travaux d'amélioration qui paraissent très utiles et à faire à court terme, avec un réaménagement de l'infrastructure après mise en service de l'A45. 

2.Il apparaît souhaitable de ne pas conserver le statut autoroutier de l'A47 après achèvement de l'A45.

3.La mission recommande qu'une étude soit engagée au plus tôt pour analyser lesdéplacements locaux, notamment est-ouest, au sud de l'agglomération afin d'évaluer l'opportunité et les conditions de réalisation d'un nouveau franchissement du Rhône entre Pierre-Bénite et le sud immédiat de Givors.

4.La mission préconise d'affiner les études d'opportunité et de faisabilité d'un barreau entre la future autoroute A45 et l'autoroute A7 et pouvant se prolonger éventuellement au delà vers l'est lyonnais, au titre de l'inscription qui a été faite d'une section du COL dans l'avant-projet de SNIT.

5.Il conviendrait d' actualiser le montant total de l'opération et de la subventiond'équilibre en fonction des hypothèses économiques et financières actuelles.

6.Les éléments et modes de détermination de la subvention devraient êtrecommuniqués aux cofinanceurs publics de l'opération.

Lire la suite 

GIVORS Info / A45, COL, pôle métropolitain

    

A45, COL, pôle métropolitain : la mise au point du préfet du Rhône

 

Jean-François Carenco - LyonMag

Jean-François Carenco - LyonMag

 

Lors d’un point-presse lundi, Jean-François Carenco s’est montré particulièrement intransigeant sur l’utilité de l’A45 et sur le "mythe" du contournement ouest de Lyon.

On savait le représentant de l’Etat très impliqué dans les dossiers routiers ou ferrés, mais peut-être pas à ce point-là. Lundi matin, devant une dizaine de journalistes de presse locale, Jean-François Carenco s’est fermement opposé à la réalisation d’un COL, un contournement ouest de Lyon. "J’y suis défavorable", commente le préfet du Rhône, "c’est un mythe, ça ne se fera jamais. Ce n'est ni faisable, ni réalisable, ni finançable." Le COL, qui est notamment demandé par Gérard Collomb et le Grand Lyon, permettrait selon ses défenseurs de délester l’A7 et de la requalifier en boulevard urbain. Pas pour le préfet Carenco, pour qui le projet"implique des études couteuses, le percement de tunnels notamment sous le mont Pilat et des milliards d’euros d’investissements que l’Etat n’a pas." Et Jean-François Carenco a réaffirmé sa volonté de réaliser un contournement mais à l’est de l’agglomération. L’A 432, qui relie déjà Les Echets à Saint-Laurent-de-Mure, serait alors une amorce à ce projet, qui passerait par le Nord Isère et qui pourrait déboucher autour de Vienne, là aussi pour délester l’A 7 et l’agglomération lyonnaise du trafic important de poids lourds.

Sur le bureau de Jean-François Carenco se trouvent aussi de nombreuses décisions de transports, qui doivent améliorer à plus ou moins long terme la circulation à Lyon. Concernant l’A 45, le préfet a confirmé que l’appel d’offres devrait être lancé par l’Etat avant la fin de l’année 2012. "Je fais ce qu’on me demande", affirme-t-il, et confirmant aussi "une actualisation du budget de 10%", soit une enveloppe nécessaire de 770 millions d’euros pour cette nouvelle autoroute reliant Lyon à Saint-Etienne, au lieu des 700 millions prévus au départ. Sur le plan de travail préfectoral se trouve également les autorisations pour la mise en service de l’A 89, entre La Tour de Salvagny et Balbigny, d’ici la fin de l’année, et la signature pour l’automne prochain de la déclaration d’utilité publique de la partie nord du Contournement ferroviaire de l’agglomération lyonnaise (le CFAL). Une signature qui interviendra en même temps que le choix définitif du tracé sud, qui doit déboucher au sud du Rhône.

Enfin le dernier dossier suspendu jusqu’à signature, c’est la création du Pôle métropolitain. Cette association de quatre communautés urbaines ou d’agglomération (Lyon, Saint-Etienne, Bourgoin-Jallieu et Vienne) doit à terme chapeauter sur certaines compétences des devoirs de ces agglos. "L’arrêté de création est sur mon bureau", concède encore une fois Jean-François Carenco, "et je le signerai au tout début avril." Cette approbation devrait ensuite permettre d’avancer sur la réflexion d’un grand syndicat de transport à échelle régionale et qui regrouperait les quatre agglomérations, mais aussi l’Ain, l’Isère, la Loire, le Rhône et la région Rhône-Alpes. "Un système de type SRU", explique le préfet, qui affirme que le Sytral, le syndicat des transports lyonnais, ne disparaîtra pas. "Il est normalement prévu que le périmètre du Sytral s’élargisse aux communes volontaires, dès que le département du Rhône en sera sorti", détaille ensuite le personnage d’Etat. Celui-ci donne d’ailleurs une dernière précision sur ce nouveau syndicat : sur les 64 membres qui le constitueront, 21 membres représenteront le Grand Lyon

11e circonscription Rhône GIVORS : Le Front de Gauche prend des usagers SNCF en otage

.

Comment des usagers sont pris en otages pour servir de "com" dans une élection

Otage jusqu'au bout !20 000 personnes empruntent chaque jour - et dans les deux sens - la ligne Saint-Etienne Lyon. Cette ligne est au centre d'un conflit interne entre la direction de la SNCF et des syndicats cheminots, ceux-ci refusant la réorganisation du site de la SNCF de Saint-Etienne. Pendant près de trois mois, les usagers ont été pris en otage. Retards réguliers, suppression de trains... Pour faire bref, l'enfer quotidien pour ceux se rendant sur le lieu de travail.

Les syndicats de cheminots ont exploité une faille de la loi sur le service minimum. En effet, un préavis de grève doit être déposé plusieurs jours à l'avance afin que le service minimum puisse être organisé en toute sécurité. Qui dit service minimum dit minimum de train en fonction des disponibilités des matériels roulants et des personnels non grévistes. Mais, le personnel gréviste n'était plus gréviste le jour de la grève, cela lui permettant de perturber les liaisons Saint-Etienne Lyon tout en continuant de percevoir leur salaire.

Les usagers excédés décident de se rebeller lorsque pour la énième fois, ils sont refoulés du train en gare de Givors, les rames étant déjà bondées de voyageurs à son arrivée en gare. Aujourd'hui, cette curieuse grève imposant des sacrifices aux seuls usagers est terminée. Une réunion a eu lieu à givors le 28 janvier 2012 à l'initiative du maire communiste de Givors.

Et c'est là que tout a été organisé pour récupérer la colère des usagers au bénéfice du candidat local d'un parti politique... ou quand les pyromanes se font pompiers !

Lire la suite

A45 Georges Fenech 11e circonscription du Rhône GIVORS Info : le coup de l'A45

.

 Le Premier Ministre François Fillon a signé la déclaration d'utilité publique de l'A45 destinée à soulager - entre autres - la souffrance des Givordins matin et soir. Aujourd'hui, c'est 80 000 véhicules qui empruntent chaque jour l'A47. Le chiffre doit être porté à 100 000 véhicules/jour à l'horizon 2020.

Vivant à Paris, Monsieur Fenech n'habite pas Givors. Peut lui importe les heures perdues chaque jour dans les embouteillages au niveau du Pont de Givors et dans les axes de dégagements empruntant les rues de Givors.

Combien de pollutions inhalées par les riverains de l'A47 lors des embouteillages ?

Georges Fenech prétend écrire au Premier Ministre ? Nul n'est dupe du caractère électoraliste de la missive.

Les absences répétées du prétendu chef de file de l'opposition givordine lors des conseils municipaux de Givors se suffisent à elles-mêmes même si sa présence (muette) est observée ces dernières semaines précédant les élections législatives.

Signature et engagement de Nicolas Sarkozy

Fenech joue-t-il Fillon contre Sarkozy  ? 

Retour sur une question posée par ledit Fenech

Question publiée au JO le : 22/01/2008 page : 408
Réponse publiée au JO le : 23/01/2008 page : 365

CONSÉQUENCES DU PROJET D'AUTOROUTE ENTRE LYON ET SAINT-ÉTIENNE


M. le président. La parole est à M. le secrétaire d'État chargé des transports.
M. Dominique Bussereau, secrétaire d'État chargé des transports. C'est un moment rare : c'est la première fois que l'on me demande de renoncer à un projet qui a déjà été annoncé. D'habitude, on m'interroge plutôt sur les projets qui ne se réalisent pas !

Voir le dossier

A45 sud de Givors : Martial Passi otage de Collomb et de Mercier

Réaction timide de Passi au projet du débouché de l'A45 au sud de Givors

Lire le communiqué de Monsieur Passi 

Dans ce communiqué, après la diatribe traditionnelle sur la nécessité de changer de politique nationale, Monsieur Passi n'apporte aucun commentaire sur la proposition de Gérard Collomb affirmant que le Grand Lyon a le projet de faire passer l'A45 jusqu'à Mornant puis de la faire obliquer au dessus de la commune de Givors grâce à un viaduc qui enjamberait la vallée du Gier pour faire aboutir ladite A45 au sud de Givors. Solution que Michel Mercier est prêt à examiner comme il l'affirme, après avoir habilement courcircuité Gérard Collomb.

Par contre, Passi maintient la position intenable "ni COL, ni A45" affirmée dans une motion votée à l'unanimité le 18 décembre 2006 qui revient à maintenir le statu quo des multiples pollutions de l'A47 actuelle subies depuis des années par les givordins. La contre proposition alternative à l'A45 faite par Monsieur Passi d'enfouissement de l'A47 étant techniquement inopérante voire farfelue. Denis Ribeyre, qui pourtant avait voté la motion, a changé d'avis et avait inscrit de dire "oui" au projet actuel en cours de finalisation et dont le président de la République vient de donner un ultimatum à trois mois aux différentes collectivités territoriales concernées.

Pourquoi la solution de Collomb et celle de Passi ne sont-elles pas sérieuses ?

Lire la suite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site