Cantonales Givors 2011 : L'analyse des résultats du 1er tour

 Cliquer sur l'image pour agrandir

L'analyse des résultats du 1er tour sur le canton de Givors fait apparaître une abstention record sur la commune de Givors avec seulement un électeur sur trois (32,7%) s'étant déplacé pour voter alors que la participation est évaluée à 36,91% pour la totalité du canton. Les raisons de cette forte abstention sont liées au fait que c'est la première fois que des élections cantonales ne sont pas accolées à une autre élection nationale - comme pour les élections cantonales de 2004 (61,06%) votants) - mobilisant médias nationaux et ténors des partis politiques.

La comparaison des résultats de chaque parti entre 2004 et 2011 fait apparaître une nouvelle répartition des voix entre les diffétents partis politiques : Un transfert des voix du PS (-5,25%) en direction d'Europe Ecologie Les Verts (+4,39%), une stabilité des voix du PC (+1,29%) qui additionne les voix de l'extrême-gauche présente en 2004 (2,62%) mais absente en 2011, un net recul de l'UMP (-4,4%) qui se fait syphonner par le Front National (+6,6%). Voilà ce qu'il est possible de dire au vu et au su des résultats bruts des  votes du canton de Givors de ce dimanche 20 mars 2011.

Une analyse détaillée des résultats, commune par commune, fait apparaître une fluctuation plus contreversée des voix entre les différents candidats pour des raisons plus locales que la sanction - évidente - de la politique de Nicolas SARKOZY.

cliquez sur le lien "lire la suite" suivant 

UMP : les raisons d'un fiasco

L'UMP est représentée par Jean-Louis GERGAUD, maire de Montagny. Sa suppléante est Virginie Bodard, conseillère municipale de Givors. Tous les deux sont encartés dans l'Union pour un Mouvement Populaire. Mettre deux candidats de l'UMP alors que le canton dispose d'une réserve de voix importante (10%) de l'ex-UDF (Modem et Nouveau Centre) est une première erreur stratégique. Les voix de l'UDF ont fait non seulement défection à l'UMP de manière significative mais semblent surtout s'être reportées sur PASSI (lire Parti Communiste) sur les deux communes classifiées centristes : Saint Romain en Gier et Chassagny, cette dernière commune enregistrant également une forte progression du FN. L'UMP peut dire merci aux déclarations-lire Fenech plombe les cantonales.pdf - de Monsieur le va-t-en-guerre Fenech contre le député Nouveau Centre Raymond DURAND. L'UMP paie également la remise surprenante de la Légion d'Honneur par Michel MERCIER lire Martial Passi épinglé par la justice et Martial Passi mérite-t-il sa Légion d'Honneur ?. Echalas, classée UMP, subit également une forte érosion de l'UMP au profit du Front National.

L'UMP subit son revers (9,76%) le plus important à GIVORS en perdant 40% des voix de 2004 (15,94%). Le choix de Madame BODARD comme suppléante était manifestement insuffisant. Jean-Louis GERGAUD est un bon candidat pour...Montagny où il réalise son meilleur score (+3,98%) par rapport à 2004. Choisir une suppléante insuffisante et mettre un candidat d'une commune voisine de la commune la plus importante (50% des électeurs inscrits) est la deuxième erreur stratégique de l'UMP. La troisième erreur est d'avoir choisi, comme local de campagne, la permanence de Monsieur Fenech classant automatiquement Jean-Louis GERGAUD comme...subalterne politique; 

Mais, il est vrai que le délégué de circonscription UMP est Monsieur Fenech. Celui-ci a largement trompé les électeurs givordins en maintenant sa candidature aux élections municipales alors qu'il allait être invalidé lire Quand Veyrand sauve Fenech. Ses absences répétées au conseil municipal ont fini par dissuader l'électorat traditionnel de la Droite républicaine, l'encourageant à sanctionner fortement le candidat mis en place par l'extravagant Monsieur FENECH.

Les résultats de l'UMP sur Givors s'inscrivent dans la spirale infernale mise en place par un apprenti-sorcier au comportement hasardeux et totalement inconscient des réalités politiques. Après avoir fait élir PASSI dès le premier tour des municipales, Monsieur FENECH réussit pour la première fois - et c'est historique - à faire éliminer la droite républicaine du deuxième tour des élections cantonales de Givors...

...En attendant la perte annoncée de la 11ème circonscription. 

FN : le vote protestataire.

Au regard des scores obtenus par le Front National sur les différentes communes du canton, il apparaît une forte progression obtenue au détriment essentiel de l'UMP. Il est clair que le piège tendu par SARKOZY s'est refermé sur son auteur. Mais le Front National progresse également au détriment de Monsieur PASSI qui a bénéficié de ses voix pour être élu dès le premier tour des élections municipales de 2008. La preuve par les chiffres est confirmée par les résultats de la triangulaire du deuxième tour des élections municipales de 1995. BAHU (droite républicaine) 41%, PASSI (PC) 46%, Front National 13%. Election municipales 2001 : PASSI (PC) 58%, RIBEYRE (droite républicaine) 42%. Le FN a réalisé sa plus grande progression, entre 2004 et 2011, dans les deux bastions communistes. Sa progression est aussi très importante, mais de moindre mesure compte tenu du nombre d'électeurs, dans la commune de Chassagny.

PC : le vote attrape-tout

Aucune progression (34% contre 35%) du vote communiste d'une manière globale entre 2004 et 2011. L'analyse affinée par commune dénote un recentrage libérale de l'électorat de Monsieur PASSI. Les fortes progressions enregistrées de ses scores sur Saint Romain en Gier et sur Chassagny par rapport à 2004 montre un transfert du vote UDF (merci Monsieur FENECH). Cela prouve aussi le refus de voter PASSI par une partie de l'électorat communiste, militants sincères ne se reconnaissant plus dans l'agglutinement d'un gaullisme de reniement, dans la proximité d'hommes d'affaires s'enrichissant opportunément et dans le clan familial de Monsieur PASSI lire Quand Passi bidonne ses tracts de campagne. Le copinage avec MERCIER et FENECH (pour les mêmes raisons : les élections législatives) facilite le transit électoral.

EELV : le vote refuge

Le vote écologiste est le vote qui progresse le plus (+50%) entre 2004 et 2011. Cette progression constatée  au niveau du canton révèle des disparités de progression au niveau des communes notamment avec une progression quasi-nulle sur Chassagny et Montagny à cause du vote utile (Montagny-GERGAUD) ou causée par le vote sanction (Chassagny - FENECH). Il est clair que les prises de position de Roger Fréty, conseiller municipal de Givors en opposition à PASSI a facilité le vote d'une partie de la Gauche opposée à Passi. Il est clair aussi que la complicité affichée entre le conseiller municipal socialiste dissident Mohamed BOUDJELLABA a beaucoup aidé David JOUVE. Le vote écolo a été également et probablement un vote refuge pour un certain nombre d'électeurs de droite déçu du sarkozysme et de FENECH. Le côté moins doctrinaire de David Jouve a attiré davantage de sympathie que son prédécesseur Roger Fréty. Sera-t-il une nouvelle opportunité pour une future majorité municipale...d'opposition ?

PS : le vote sanction

Pour sa première candidature, Brigitte JANNOT méritait mieux que les 11,33% obtenus sur le canton et les 10,14% obtenus à Givors. Il est vrai que la campagne très dure menée contre elle par le système de Monsieur PASSI voulant voir rééditer le score des municipales de celui-ci sur Givors a probablement dégouté une partie de l'électorat traditionnel du PS. Brigitte Jannot paie également une trop grande soumission du Parti Socialiste dans les conseils municipaux de Givors. S'il veut exister vraiment par lui-même, le PS local doit s'afficher davantage lorsqu'il est en désaccord avec la politique municipale de Givors.   

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×